Loragro-Surgelés-IQF-Nancy-Lorraine-France-Fraises-Senga-Sengana

 

La valeur nutritive de la fraise / Fraises crues, 125 ml, 90 g, environ 7 fraises moyennes

 

 

Calories

29

Protéines

0,6 g

Glucides

6,7 g

Lipides

0,3 g

Fibres alimentaires

2,0 g

 

Charge glycémique :

Donnée non disponible

Pouvoir antioxydant :

Très élevé

 

 

De façon générale, plusieurs études prospectives et épidémiologiques ont observé qu’une consommation élevée de fruits et légumes diminuait le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques.

  • Cancer. Des études ont démontré qu’une consommation quotidienne d’une bonne quantité de fraises fraîches ou congelées (1 1/2 tasse à 2 tasses) permettait d’augmenter la capacité antioxydante de l’organisme (mesurée dans le sang et l’urine). Les fraises seraient ainsi efficaces pour réduire les risques de cancer et améliorer les défenses du corps contre les maladies chroniques. De plus, les fraises lyophilisées inhiberaient efficacement l’apparition de différents types de cancers du sein et du cerveau. Des expériences menées chez le rat ont aussi montré qu’une alimentation enrichie en fraises déshydratées diminuait la multiplication des tumeurs de l’œsophage. Enfin, des extraits de fraises se sont avérés efficaces pour prévenir la prolifération des cellules cancéreuses humaines du côlon et du col de l’utérus.

 

  • Maladies cardiovasculaires. Les recherches indiquent que les flavonoïdes (présents entre autres dans les fraises) peuvent diminuer le risque d’athérosclérose, un des processus menant aux maladies cardiovasculaires. Une étude prospective menée chez des femmes ménopausées a montré que la consommation de plus d’une portion de fraises par semaine était associée avec une diminution du risque de mortalité par maladie cardiovasculaire. De plus, des études ont montré que la consommation de fraises, sous forme d’extrait, de boisson à base de fraises lyophilisées ou ajoutées à la diète portfolio permettait de réduire l’oxydation du « mauvais » cholestérol (LDL). La consommation de fraises contribuerait aussi à diminuer le cholestérol total, le cholestérol-LDL et les triglycérides chez les personnes obèses.

 

  • Inflammation. Selon les résultats d’expériences in vitro, les extraits de fraises auraient un effet anti-inflammatoire. Les processus d’inflammation sont impliqués dans l’apparition de plusieurs maladies, incluant la maladie d’Alzheimer, le cancer et les maladies cardiovasculaires.